Les espèces les plus communes de vrillettes

La petite vrillette, la grosse vrillette et la vrillette des bibliothèques sont les formes les plus répandues de vrillettes dans nos habitats. Elles s'attaquent principalement aux bois alors que d'autres peuvent s'attaquer aux denrées alimentaires. C'est le cas de la vrillette du pain ou de la vrillette du tabac.

 

Reconnaître la petite vrillette et ses larves

La petite vrillette ou vrillette domestique de son nom scientifique « Anobium punctatum »est une espèce de coléoptères de la famille des Anobiidae. On la retrouve rarement en pleine nature mais plutôt dans les habitations occupées par l'homme.

La petite vrillette se retrouve en abondance dans les maisons car elle préfère les atmosphères relativement sèche. C'est aussi ce qui la différencie de la grosse vrillette qui se développe mieux dans des environnements plus humides. Ce sont ses larves qui sont considérées comme nuisibles pour les bois de résineux et de feuillus travaillés par l'Homme.

Les adultes sont de couleur jaunâtre à brun sombre et mesurent entre 2,5 et 5mm, on remarque des élytres striées. Les vrillettes sont attirées par la lumière, elle se déplace en volant par temps chaud et ensoleillé alors que par temps plus froid elles préféreront marcher.

Les larves sont en général de couleur blanc-jaunâtre et couvertes de petits poils fins. Elles mesurent entre 5 et 7 mm et présentent une forme courbée naturelle. 

Le cycle de vie de la petite vrillette

Les adultes sortiront des bois par de petits trous d'environ 2 mm de diamètre sur la période estivale, de mai à septembre. Ce phénomène est remarquable au fait qu'il libère de la « sciure ». Les femelles peuvent pondre entre 20 et 30 œufs dans les anfractuosités du bois. Les conditions les plus favorables sont la présence d'humidité, de champignons lignivores et une température avoisinant les 22°.

Il faut alors 4 à 5 semaines d'incubation pour passer du stade d'œuf au stade larvaire. La progéniture va alors se développer en consommant le bois pendant une longue période. Selon la qualité du bois, les larves de la vrillette peuvent se rassasier pendant prés de 4 ans. Le période larvaire peut, dans les cas les plus impressionnants et extrêmement favorables à leur développement, durer jusqu'à dix ans.

A la différence de la grosse vrillette, la sortie des larves n'est pas audible à l'avance. Cette espèce de vrillette plus silencieuse comporte de nombreuses discordances avec sa cousine la grosse vrillette.

 

La grosse vrillette du bois

La grosse vrillette ou Xestobium rufovillosum, est une espèce d'insectes coléoptères de la famille des Anobiidae tout comme la petite vrillette. On la surnomme plus communément « horloge de la mort » en raison des sons qu'elle émet pendant sa période d'accouplement. En effet, pour attirer les femelles, les mâles de la grosse vrillette donnent des coups de tête réguliers et répétés contre le bois. Les sons émis ressemblent à ceux d'une horloge.

L'insecte restant généralement invisible aux yeux des humains, ceux-ci ont surnommé ce phénomène sonore l'horloge de la mort en raison de son caractère perçu comme mystérieux et inquiétant.

Le développement de la grosse vrillette

Pour plaire à la grosse vrillette, il faut un bois avec un minimum 22 % d’humidité et une température ambiante oscillant entre 22 à 25 °C. Ces conditions ne sont pas les plus répandues dans nos habitations, c'est pourquoi elle est moins commune que la petite vrillette.

La grosse vrillette s'attaque principalement aux bois d'œuvre anciens ayant subi l’afflux d'une grande quantité d'eau, notamment en cas de :

  • dégât des eaux,
  • tempête,
  • inondation.

Cette forte humidification du bois va entraîner le développement de champignons et l'azote développé par le champignon ajouté à la présence d'eau fournit les nutriments utiles au développement de la larve.

En moyenne, la grosse vrillette pond environ 50 œufs dans les fissures et anfractuosités du bois. Comme pour la petite vrillette la durée du stade larvaire dépendra des conditions ambiantes :

  • température
  • taux d'humidité
  • qualités nutritives du bois consommé.

Pour la grosse vrillette, on compte généralement entre 3 et 5 ans de temps de développement des larves. Une fois adulte, les mâles partent en quête de partenaires.

La reproduction bruyante des grosses vrillettes

Dans les habitations, les adultes de la grosse vrillette apparaîtront vers le mois d'avril à mai. Les vrillettes adultes ne s'alimentent pas, et leur temps de vie ne sure que quelques semaines pendant lequel, elles n'activent à se reproduire.

 

Les prémices de la pariade se traduisent de bien curieuse façon. En effet, ces insectes signalent leur présence à leur favorite en donnant des coups de tête dans la paroi des galeries, sous la forme de courtes bourrasques répétitives. Le plus étonnant c'est que ces percussions nocturnes sont nettement audibles pour l'homme et qu'elles semblent provenir de partout sans que l'on sache très bien les localiser. C'est ainsi que le nom d' « horloge de la mort » s'est répandu dans la croyance populaire.

 

L'identification des trous de la grosse vrillette

Les trous de sortie de la grosse vrillette sont un peu plus gros que ceux de la petite vrillette. Ils sont de l'ordre de 3 à 4 mm de diamètre. La sciure est également présente est doit inciter à regarder de plus prés les meubles et charpentes pour constater l'ampleur des dégâts. Ils sont d'ailleurs bien différents de ceux causés par la vrillette des bibliothèques aux galeries plus ou moins circulaires et toujours dans le sens du bois. On y retrouve également de vieux "cocons" qui permettent de la reconnaître plus facilement que la petite et grosse vrillette.

 

La vrillette des bibliothèques

De son nom latin, Nicobium castaneum, la vrillette des bibliothèques est une mangeuse de papier. En effet, elle en raffole littéralement. Cette espèce a un penchant pour les papiers et le carton, elle peut ainsi se mettre à table, qu'il s'agisse par exemple :

  • de livres,
  • de manuscrits,
  • de parchemins,
  • d’œuvres d'art,
  • de bois ouvrés,
  • de mobilier,
  • de boiseries.

 

Comme sa cousine la petite vrillette, le développement larvaire demande entre 2 à 3 ans. Les adultes apparaissent tardivement de juin à août le plus souvent. Cette vrillette est relativement plus courte et trapue que les précédentes, et elle est surtout très profondément, et régulièrement, striée-ponctuée. Les trous de sorties de la vrillette des bibliothèques sont plus ou moins circulaires, leur diamètre étant logiquement intermédiaire entre ceux des petites et des grosses vrillettes.

 

Les galeries sont toujours parallèles au sens du bois. On y découvre les restes de cocons qui subsistent longtemps après la sortie de l'insecte. La sciure n'est que rarement présente et on peut également identifier la vrillette des bibliothèques à ses excréments qui ressemblent à de minuscules cacahuètes.

 

Ne pas confondre les vrillettes avec le Lyctus brunneus

le Lyctus brunneus est un insecte au comportement similaire. Il est un grignoteur du bois qui ne laisse qu'une sciure extrêmement fine, comme de la "fleur de farine", et donc quasiment invisible. Il est très petit, en moyenne 5 mm, mais contrairement aux vrillettes il est aussi très allongé, jusqu'à 4 fois plus long. Ses trous de sorties sont identiques à ceux de la petite vrillette, et les larves sont également très comparables. Par contre, les dégâts sont différents puisque cet insecte ne s'attaque pas aux résineux, et semble plus difficile à contenter selon la nature du bois.

Ainsi, il peut s'attaquer :

  • aux objets décoratifs,
  • aux huisseries,
  • aux meubles.

Il peut s'avérer fort nuisible puisque son cycle est très nettement inférieur à un an, surtout en intérieur tempéré. Après avoir constaté la présence de vrillettes, il convient d'agir vite et bien pour ne pas voir votre argent et vos biens les plus chers partir en sciure.

Découvrir nos autres sites sur les nuisibles...
Depuis 2007, les meilleurs produits dans notre boutique ...
...et les annuaires des professionnels de la lutte contre les nuisibles...